Archives par étiquette : New York

[FOCUS] Tiphanie Doucet, un talent international !

48126_429025_F3Tiphanie Doucet fait partie des artistes EtoileCasting dont nous sommes plus que fiers ! Une acharnée du travail si talentueuse qu’elle a conquis les Etats-Unis ! Un parcours qui nous prouve que les rêves sont parfois réalisables. Pour nous le raconter, Tiphanie Doucet a accepté de répondre à nos questions.

EtoileCasting : Tiphanie, pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

Tiphanie Doucet : J’ai commencé la danse classique et la harpe à 7 ans. A cette époque je me rappelle je dansais TOUT LE TEMPS à la maison, je chantais devant ma glace… intérieurement je rêvais d’être un petit rat de l’opéra mais j’étais plutôt ronde donc je n’ai jamais vraiment pensé  à le faire professionnellement. Vers 15 ans j’ai décidé de devenir réalisatrice de film et j’ai envoyé ma candidature dans des agences pour enfants acteurs pour découvrir ce milieu. Quelques mois après, je décrochais un premier rôle à la télé aux côtés de Corinne Touzet. Curieusement je n’ai pas poursuivi malgré beaucoup de sollicitations. Mon bac en poche, la danse m’a rattrapée, j’ai découvert la danse hip hop et j’ai commencé à m’entrainer avec une compagnie parallèlement à la danse classique et l’université. Au hasard d’un stage de vacances j’ai atterri à L’Académie internationale de la Danse qui m’a conseillé d’auditionner pour leur programme d’apprentissage. Quelques mois après j’étais engagée sur la comédie Musicale Roméo et Juliette, en show le soir et en formation de danse la journée. Après ça j’ai enchainé les jobs de danseuse, les plus beaux projets étant la tournée de Jenifer, les primes Star Academy, les promos pour David Guetta et même un passage avec Prince en 2012. Jusque-là, je  ne chantais pas beaucoup.
Mon premier job de chanteuse/danseuse a été le solo « Roxane  » au cabaret Bobino. J’y ai été repérée pour passer le casting de la série Chante, et j’ai décroché un des rôles principaux autour de Priscilla. La série a duré 3 saisons, pendant lesquelles j’ai décidé de me mettre vraiment à la musique.td200
J’ai ensuite joué Jeanie dans Hair, et ai été engagée au bar « le Soir » en tant qu’animatrice du live Karaoke. J’y ai rencontré Geoffrey, guitariste, avec qui j’ai commencé composer des chansons. Amoureux de folk et country nous avons fait plusieurs voyages à travers les USA, puis nous nous  sommes produits à New york , L.A, Nashville…
Après avoir fait une formation de 3 mois au Musician Institute de Los Angeles, je me suis rendue compte que beaucoup d’écoles offraient des bourses à ceux qu’elles estimaient les plus talentueux. J’ai donc auditionné  un peu par hasard à l’American Musical and Dramatic Academy. Il fallait faire un monologue et une chanson. Deux mois après, on m’annonçait qu’on m’offrait  12 000 dollars par an pour venir étudier là-bas. J’y suis allée, non seulement pour être aux US, mais aussi pour enfin avoir un vrai diplôme que ma carrière m’avait empêché de terminer à l’époque.

J’ai tout recommencé ! Un an à L.A, un an à New York, en apprenant ou réapprenant les bases de la technique d’acteur, de la Comédie Musicale, du processus d’audition. J’ai découvert un nombre infini de shows, de chansons, de techniques…
J’ai appris le chant avec la technique lyrique, nécessaire à Broadway. J’ai travaillé dur pour avoir un accent américain parfait. Pour résumer : Deux années magnifiques mais épuisantes!

Mon diplôme en poche j’ai eu un an de permis de travail et me voilà jetée dans le milieu des auditions à New York. Et quel milieu!  Un nombre infini d’auditions, des heures d’attente, des gens talentueux partout. Je me levais à 6h du matin, passais mes journées en auditions ou en cours puis j’allais travailler dans un bar jusqu’à minuit. Au bout de quelques mois, j’ai été prise dans une comédie musicale, « Annie get your gun », dans un théâtre très réputé près de Chicago, puis j’ai eu un premier rôle dans une pièce de théâtre au Off Broadway.

Je continue à développer mon projet musical personnel, ainsi qu’un projet plutôt événementiel, un duo de reprise Jazz français qui m’a amené à me produire en Thaïlande pendant 2 mois. J’ai également obtenu mon visa de 3 ans pour travailler aux USA.

EC : Comédienne, Musicienne, danseuse, comment faîtes-vous pour gérer tous ces talents ? En privilégiez-vous un ?

TD : En effet il faut beaucoup de temps pour entretenir tous ces talents.

Je dois avouer que lorsque je suis arrivée aux USA la danse était devenue secondaire. Les professeurs là-bas m’ont fait comprendre que vu mon physique et mes capacités je devais m’entraîner car il était quasiment impossible qu’on ne me caste pas pour danser. Du coup depuis 2 ans et bien je danse énormément pour ne plus perdre la technique. Concernant la technique vocale je l’ai acquis vraiment aux USA, et la comédie, et bien même si je joue depuis petite, j’ai enfin compris qu’il y avait des techniques et BEAUCOUP de travail à faire en amont lorsque vous avez une audition ou un rôle à interpréter. Du coup ces 2 ans à l’école m’ont permis d’acquérir une vraie technique dans tous les domaines, et je dois la maintenir pour sans cesse l’améliorer!

Je suis peut-être un peu extrémiste au niveau de mon travail, mais concrètement aujourd’hui, mon but est de devenir meilleure chaque jour. A New York, je passe au minimum 20 min à travailler ma voix (souvent le matin avant d’aller aux auditions). Je prends un cours de danse ou de yoga, je fais de la guitare, je travaille mon accent américain, je lis, ceci TOUS les jours. Si j’ai des auditions ou des call back, il faut rajouter toute la partie de documentation sur le rôle, répéter avec un pianiste, ou seule, pour travailler la justesse, et le jeu.  Ensuite, une fois par semaine, et bien j’ai un cours de chant, et de temps en temps je participe à des workshops avec des Casting Director. Il manque juste un vrai cours d’acting régulier que j’aimerais pouvoir mettre en place à la rentrée, mais le temps me manque.

EC : Vous avez une carrière internationale. Quelle est la différence entre la culture française et américaine d’un point de vue artistique ?

TD : La première différence je crois c’est la Culture justement ! Aux Etats Unis tout le monde baigne dans la musique et particulièrement la Comédie Musicale depuis tout jeune. A l’école, les jeunes participent à des spectacles chaque année, et ces spectacles sont tout simplement des comédies musicales piochées dans le répertoire infini qu’ont les américains. Ainsi, une jeune fille de 18 ans est déjà montée sur scène peut-être 10 fois !! Elle chante depuis qu’elle est née également. Du coup les américains ont en général un goût plus prononcé et connaisseur pour la musique. J’ai pu le voir même en me produisant en tant que songwriter : on vient vous voir, on vous parle du jeu de guitare, des paroles…

La musique fait partie de la vie américaine, et en France je pense que cela se développe de plus en plus, mais ça n’est toujours pas pareil. Heureusement je vois de plus en plus d’écoles, de shows se monter, et j’espère qu’un jour nos enfants pourrons faire des comédies musicales à la petite école au lieu d’apprendre la flûte à bec!

EC : Que pouvez-vous dire à tous les artistes qui souhaiteraient associer comme vous plusieurs talents ?

TD : Je crois qu’aujourd’hui c’est plus que nécessaire. Je leur dirais de ne pas attendre ! Même si on commence forcément avec une discipline ou on excelle vraiment, il faut être curieux, et développer les autres autour : en prenant par exemple un cours par semaine d’une autre discipline. Le principal est d’avoir une régularité. Au bout d’un moment, tout ce temps passé paie et on devient bon dans une deuxième discipline, puis une troisième.. Je pense qu’il n’y a pas de barrière à avoir. Un danseur ne brille pas s’il n’est pas un peu acteur, un chanteur doit savoir bouger, un acteur a besoin de technique vocale…

EC : Avez-vous une actualité particulière dont vous souhaiteriez nous parler ?

Je travaille sur un album mais je ne peux pas dire quand il sera produit. J’ai peu de temps, mais c’est un projet qui me tient vraiment à cœur. A côté de tout ça, je viens de revenir de New York car nous y avons fait un Show Case de la pièce de théâtre que j’avais joué l’été dernier, et je viens d’apprendre que nous avons été programmés dans la saison 2014 du Billie Holiday Theater à Brooklyn, New York.

Un grand bravo à cette artiste complète, qui mérite le succès qui lui est accordé.

Premier défilé mannequin grande taille à la Fashion Week de New York

Pour la première fois depuis 70 ans, la Fashion Week laisse défiler les mannequins grande taille sur les podiums. La créatrice américaine Eden Miller met à l’honneur les femmes rondes pour présenter sa nouvelle collection « Cabiria Plus Size ».

Un défilé mannequin grande taille à New York

La styliste de 41 ans remporte un franc succès pour ce premier défilé mannequin grande taille, véritable symbole d’un changement des mentalités. Loin des éternels critères de beauté de l’industrie de la mode, Eden Miller propose une nouvelle vision de la femme, toute en courbe et en douceur, avec d’élégantes robes grande taille. Vivacité des couleurs, originalité des motifs et grande variété des matières, donnent vie à une toute nouvelle ligne de vêtements. Sur le podium,des femmes gracieuses et sûres d’elles. Elles défilent, fières d’exposer leur charme et de revendiquer leur beauté !

Découvrez la vidéo de ce premier défilé mannequin grande taille

 

A New York oui, mais en France ?

D’après le photographe de mode Greg Alexander, « Les américains sont beaucoup plus avancés au niveau des mannequins grande taille et des lignes grande taille. » Tout est dit. Greg Alexander s’occupe notamment de photographier la mannequin Julia Castelli, égérie française d’un magazine américain grande taille, entre 44 et 52.

La France a donc un retard à rattraper, d’autant qu’il s’agit d’un marché très porteur. Nombreuses sont les françaises qui ne trouve pas leur taille de vêtements en boutique de prêt-à-porter. Alors ne serait-ce pas le moment de sauter le pas et de s’adresser à un public plus varié ?  Mesdames, mesdemoiselles, ne vous cachez plus derrières des vêtements larges et sans âme, revendiquez vos rondeurs, vous êtes de toute beauté !

Castings mannequin grande taille

De plus en plus d’initiatives fleurissent en France afin de promouvoir le mannequinat grande taille. Pour exemple, le concours Miss Ronde France® récompense chaque année la beauté des femmes. Vous pouvez participer à ce concours dans toute la France !

Découvrez aussi les castings mannequin grande taille sur EtoileCasting

Il ne vous reste plus qu’à tenter votre chance. mais avant de vous lancer, n’hésitez pas à suivre nos conseils pour démarrer dans le mannequinat.

Caroline Stalder pour EtoileCasting