Archives par étiquette : compositeur

[SUCCESS STORY] Nouveau titre de Sebastien Agius ‘Ce qui nous tient’

sebSebastien Agius est un chanteur qui ne cesse de nous surprendre. Lorsque nous l’attendions sur un nouveau projet de comédie musicale, on le retrouve dans un titre solo entêtant, et incroyablement entrainant. Avec ce nouveau titre « Ce qui nous tient », EtoileCasting n’a pas pu s’empêcher de revenir sur le parcours de cet artiste accompli.

Son parcours

Depuis sa naissance à Nice, Sébastien évolue dans le monde artistique avec un père musicien et une mère danseuse. Inscrit au conservatoire de musique, il y apprend la flûte et en parallèle, s’initie au piano, puis à la guitare.

A 18 ans, il vient s’installer seul à Paris pour et s’inscrit à l’école supérieure du Spectacle, dont il deviendra assistant pédagogique par la suite. C’est là que commence sa véritable vie d’auteur et d’interprète : Il participe à plusieurs comédies musicales, incarnant le Prince dans « la petite sirène », Petit Louis dans «Piaf je t »aime», puis « Le petit chose » et «La petite fille aux allumettes ».

Ces nombreux rôles lui donnent finalement l’envie d’écrire, composer et mettre en scène sa propre comédie musicale, « Hey l’artiste », où il s’amuse à mélanger et faire vivre tous les styles musicaux. Pendant toutes ces années, il s’investit en parallèle dans le spectacle « Gospel pour 100 voix » et est amené à partir en tournée à plusieurs reprises avec ce groupe. Après avoir remporté X factor Saison 1 en 2009, il enregistre son premier album solo, tout en restant impliqué avec les « Gospel pour 100 voix ». En 2011, il intègre la troupe de « Dracula, l’amour plus fort que la mort » le spectacle de Kamel Ouali et intègre ensuite la comédie musicale « 1789, Les Amants de la Bastille ».

Et maintenant ?

Sebastien avait commencé à réaliser un second album qui n’a finalement pas abouti. C’est avec un nouveau label qu’il revient, et un titre plus pop et même rock sur le refrain. Des sonorités qui nous rappellent… les chants de comédies musicales !

Ce dont on est sûr à EtoileCasting, c’est que nous, il nous tient !

Un titre à écouter dès maintenant juste ici :

>>> Voir le book de Sébastien Agius

[FOCUS] Tiphanie Doucet, un talent international !

48126_429025_F3Tiphanie Doucet fait partie des artistes EtoileCasting dont nous sommes plus que fiers ! Une acharnée du travail si talentueuse qu’elle a conquis les Etats-Unis ! Un parcours qui nous prouve que les rêves sont parfois réalisables. Pour nous le raconter, Tiphanie Doucet a accepté de répondre à nos questions.

EtoileCasting : Tiphanie, pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

Tiphanie Doucet : J’ai commencé la danse classique et la harpe à 7 ans. A cette époque je me rappelle je dansais TOUT LE TEMPS à la maison, je chantais devant ma glace… intérieurement je rêvais d’être un petit rat de l’opéra mais j’étais plutôt ronde donc je n’ai jamais vraiment pensé  à le faire professionnellement. Vers 15 ans j’ai décidé de devenir réalisatrice de film et j’ai envoyé ma candidature dans des agences pour enfants acteurs pour découvrir ce milieu. Quelques mois après, je décrochais un premier rôle à la télé aux côtés de Corinne Touzet. Curieusement je n’ai pas poursuivi malgré beaucoup de sollicitations. Mon bac en poche, la danse m’a rattrapée, j’ai découvert la danse hip hop et j’ai commencé à m’entrainer avec une compagnie parallèlement à la danse classique et l’université. Au hasard d’un stage de vacances j’ai atterri à L’Académie internationale de la Danse qui m’a conseillé d’auditionner pour leur programme d’apprentissage. Quelques mois après j’étais engagée sur la comédie Musicale Roméo et Juliette, en show le soir et en formation de danse la journée. Après ça j’ai enchainé les jobs de danseuse, les plus beaux projets étant la tournée de Jenifer, les primes Star Academy, les promos pour David Guetta et même un passage avec Prince en 2012. Jusque-là, je  ne chantais pas beaucoup.
Mon premier job de chanteuse/danseuse a été le solo « Roxane  » au cabaret Bobino. J’y ai été repérée pour passer le casting de la série Chante, et j’ai décroché un des rôles principaux autour de Priscilla. La série a duré 3 saisons, pendant lesquelles j’ai décidé de me mettre vraiment à la musique.td200
J’ai ensuite joué Jeanie dans Hair, et ai été engagée au bar « le Soir » en tant qu’animatrice du live Karaoke. J’y ai rencontré Geoffrey, guitariste, avec qui j’ai commencé composer des chansons. Amoureux de folk et country nous avons fait plusieurs voyages à travers les USA, puis nous nous  sommes produits à New york , L.A, Nashville…
Après avoir fait une formation de 3 mois au Musician Institute de Los Angeles, je me suis rendue compte que beaucoup d’écoles offraient des bourses à ceux qu’elles estimaient les plus talentueux. J’ai donc auditionné  un peu par hasard à l’American Musical and Dramatic Academy. Il fallait faire un monologue et une chanson. Deux mois après, on m’annonçait qu’on m’offrait  12 000 dollars par an pour venir étudier là-bas. J’y suis allée, non seulement pour être aux US, mais aussi pour enfin avoir un vrai diplôme que ma carrière m’avait empêché de terminer à l’époque.

J’ai tout recommencé ! Un an à L.A, un an à New York, en apprenant ou réapprenant les bases de la technique d’acteur, de la Comédie Musicale, du processus d’audition. J’ai découvert un nombre infini de shows, de chansons, de techniques…
J’ai appris le chant avec la technique lyrique, nécessaire à Broadway. J’ai travaillé dur pour avoir un accent américain parfait. Pour résumer : Deux années magnifiques mais épuisantes!

Mon diplôme en poche j’ai eu un an de permis de travail et me voilà jetée dans le milieu des auditions à New York. Et quel milieu!  Un nombre infini d’auditions, des heures d’attente, des gens talentueux partout. Je me levais à 6h du matin, passais mes journées en auditions ou en cours puis j’allais travailler dans un bar jusqu’à minuit. Au bout de quelques mois, j’ai été prise dans une comédie musicale, « Annie get your gun », dans un théâtre très réputé près de Chicago, puis j’ai eu un premier rôle dans une pièce de théâtre au Off Broadway.

Je continue à développer mon projet musical personnel, ainsi qu’un projet plutôt événementiel, un duo de reprise Jazz français qui m’a amené à me produire en Thaïlande pendant 2 mois. J’ai également obtenu mon visa de 3 ans pour travailler aux USA.

EC : Comédienne, Musicienne, danseuse, comment faîtes-vous pour gérer tous ces talents ? En privilégiez-vous un ?

TD : En effet il faut beaucoup de temps pour entretenir tous ces talents.

Je dois avouer que lorsque je suis arrivée aux USA la danse était devenue secondaire. Les professeurs là-bas m’ont fait comprendre que vu mon physique et mes capacités je devais m’entraîner car il était quasiment impossible qu’on ne me caste pas pour danser. Du coup depuis 2 ans et bien je danse énormément pour ne plus perdre la technique. Concernant la technique vocale je l’ai acquis vraiment aux USA, et la comédie, et bien même si je joue depuis petite, j’ai enfin compris qu’il y avait des techniques et BEAUCOUP de travail à faire en amont lorsque vous avez une audition ou un rôle à interpréter. Du coup ces 2 ans à l’école m’ont permis d’acquérir une vraie technique dans tous les domaines, et je dois la maintenir pour sans cesse l’améliorer!

Je suis peut-être un peu extrémiste au niveau de mon travail, mais concrètement aujourd’hui, mon but est de devenir meilleure chaque jour. A New York, je passe au minimum 20 min à travailler ma voix (souvent le matin avant d’aller aux auditions). Je prends un cours de danse ou de yoga, je fais de la guitare, je travaille mon accent américain, je lis, ceci TOUS les jours. Si j’ai des auditions ou des call back, il faut rajouter toute la partie de documentation sur le rôle, répéter avec un pianiste, ou seule, pour travailler la justesse, et le jeu.  Ensuite, une fois par semaine, et bien j’ai un cours de chant, et de temps en temps je participe à des workshops avec des Casting Director. Il manque juste un vrai cours d’acting régulier que j’aimerais pouvoir mettre en place à la rentrée, mais le temps me manque.

EC : Vous avez une carrière internationale. Quelle est la différence entre la culture française et américaine d’un point de vue artistique ?

TD : La première différence je crois c’est la Culture justement ! Aux Etats Unis tout le monde baigne dans la musique et particulièrement la Comédie Musicale depuis tout jeune. A l’école, les jeunes participent à des spectacles chaque année, et ces spectacles sont tout simplement des comédies musicales piochées dans le répertoire infini qu’ont les américains. Ainsi, une jeune fille de 18 ans est déjà montée sur scène peut-être 10 fois !! Elle chante depuis qu’elle est née également. Du coup les américains ont en général un goût plus prononcé et connaisseur pour la musique. J’ai pu le voir même en me produisant en tant que songwriter : on vient vous voir, on vous parle du jeu de guitare, des paroles…

La musique fait partie de la vie américaine, et en France je pense que cela se développe de plus en plus, mais ça n’est toujours pas pareil. Heureusement je vois de plus en plus d’écoles, de shows se monter, et j’espère qu’un jour nos enfants pourrons faire des comédies musicales à la petite école au lieu d’apprendre la flûte à bec!

EC : Que pouvez-vous dire à tous les artistes qui souhaiteraient associer comme vous plusieurs talents ?

TD : Je crois qu’aujourd’hui c’est plus que nécessaire. Je leur dirais de ne pas attendre ! Même si on commence forcément avec une discipline ou on excelle vraiment, il faut être curieux, et développer les autres autour : en prenant par exemple un cours par semaine d’une autre discipline. Le principal est d’avoir une régularité. Au bout d’un moment, tout ce temps passé paie et on devient bon dans une deuxième discipline, puis une troisième.. Je pense qu’il n’y a pas de barrière à avoir. Un danseur ne brille pas s’il n’est pas un peu acteur, un chanteur doit savoir bouger, un acteur a besoin de technique vocale…

EC : Avez-vous une actualité particulière dont vous souhaiteriez nous parler ?

Je travaille sur un album mais je ne peux pas dire quand il sera produit. J’ai peu de temps, mais c’est un projet qui me tient vraiment à cœur. A côté de tout ça, je viens de revenir de New York car nous y avons fait un Show Case de la pièce de théâtre que j’avais joué l’été dernier, et je viens d’apprendre que nous avons été programmés dans la saison 2014 du Billie Holiday Theater à Brooklyn, New York.

Un grand bravo à cette artiste complète, qui mérite le succès qui lui est accordé.

[SUCESS STORY] Sobregaz, lauréat du concours « +2 talents »

Sobregaz - membre EtoileCasting

Sobregaz – membre EtoileCasting

C’est avec plaisir que nous vous présentons Sobregaz, membre EtoileCasting, chanteur, auteur, compositeur, et comédien. Focus sur un artiste très prometteur et qui ne manque pas d’ouverture d’esprit !

 

Le parcours de Sobregaz

Sa passion pour la musique a démarrée très tôt, et c’est baigné dans cet univers, que le jeune homme chante depuis l’âge de 10 ans, accompagné de son grand frère à la guitare.

Sobregaz écrit et compose des chansons depuis mars 2010 et actuellement, il a sorti 24 titres répartis dans divers styles musicaux. Le jeune artiste met un point d’honneur à ne pas se limiter à un style particulier car par dessous tout, il aime la musique sous toutes ses formes, du Metal au RnB en passant par le Classique et le Dubstep : « Toute chanson peut me toucher et m’émouvoir, pour peu qu’elle soit bien écrite. » Plein d’énegerie, il a des idées plein la tête, notamment sur des compositions, dont la réalisation lui tient à cœur, afin de les chanter et les partager avec d’autres.

=> N’hésitez pas à écouter ses compositions et à donner votre avis !

A noter qu’il est l’auteur de toutes ses compositions et qu’en parallèle il écrit tout type de nouvelle et de conte, en fonction de ses humeurs. Son dernier écrit en date s’intitule « Les deux chemins », un conte qu’il a écrit pour les enfants dont il s’occupe en centre de loisirs.

Sobregaz est indéniablement musicien et compositeur, mais il plus d’une corde à son arc car il est aussi comédien ! Depuis janvier 2013, il collabore autant que possible avec les étudiants et jeunes réalisateurs de sa région (Ile de France).N’ayant encore aucune formation, il ne joue pour l’instant pas de rôles trop complexes mais il a malgré tout tourné dans divers court-métrages, notamment pour les studios Bagel. Il a aussi tenu le rôle principal pour le clip d’un artiste rennais nommé « Golden Brahms ». Si Sobregaz se considère encore relativement débutant dans ce domaine, il n’en est pas moins motivé et désireux d’approfondir ses connaissances : « Je ne demande qu’à découvrir et à apprendre au contact du plus grand nombre. »

Ouvert à tout type de collaboration, c’est confiant l’esprit léger que Sobregaz avance sur le chemin de la musique et pourquoi pas de la comédie, car pour lui : « C’est à plusieurs que l’on écrit les plus belles histoires… »

 

Le concours « +2 talents »

Il s’agit d’un concours organisé par la ville de Paris pour déceler de nouveaux talents.
Tous les mois, deux artistes étaient retenus pour la finale, un artiste « auteur/compositeur » et un artiste « interprète » afin de participer à la grande finale qui a lieu au mois de novembre : « J’ai vu une annonce en octobre sur EtoileCasting concernant ce tremplin, j’ai postulé, passé le casting et j’ai finalement été retenu en tant que « Auteur/Compositeur » du mois d’octobre ! »

L’association « +2 talents »

+2 Talents a pour but de donner la voix à tout artiste désireux de faire ses preuves. L’association permet de tester et d’améliorer le talent de ses participants au travers de scènes ouvertes mensuelles, ouvertes aux artistes de chanson française et étrangère (interprètes chansons connues ou inédites), musiciens et chanteurs, danseurs, humoristes. Une fois par mois, « +2 Talents » organise un concours permettant aux artistes de se produire sur une scène et afin de leur donner leur chance de pouvoir être sélectionnés pour la grande finale qui a lieu au mois de novembre. Cette expérience leur permet d’être écoutés par un jury de professionnels du monde de la musique (chefs d’orchestre, chargés de casting, compositeurs, producteurs…).

La finale

La finale a eu lieu à l’Espace Reuilly dans le 12e à Paris. Elle se tenait dans une salle de concert de plus de 700 places, toutes pourvues. C’est Sogregaz qui a gagné, lauréat de la catégorie « Création ». Il s’est donc vu offrir une journée d’enregistrement au Studio 2448.

Sobregaz : « Hier soir, devant plus de 800 personnes, le jury de l’association « +2 talents » m’a remis le trophée « Auteur/Compositeur de l’année » pour ma chanson intitulée « A quoi servent les mots ». Je ne suis pas prêt d’oublier cet instant magique car il s’agit de mon premier concours en tant qu’artiste et en plus, du premier trophée artistique de ma vie ! »

 

Toutes nos sincères félicitations Sobregaz, nous sommes persuadés que vous irez loin !

Découvrez le profil de Sobregaz sur EtoileCasting

Vous avez vous aussi une success story à nous raconter ? Cliquez ici pour la publier !

Caroline Stalder pour EtoileCasting.