Archives de catégorie : Conseils de professionnels

Comment devenir animateur radio ?

Vous avez pour objectif de devenir animateur radio ? Mais comment s’y prendre ? Quelles sont les conditions de travail dans ce métier ? Chaque animateur de radio travaille de façon différente en fonction de la radio dans laquelle il est.

h200 copie

Pour avoir plusieurs informations, nous nous sommes adressés à Hervé Carrasco, animateur radio sur France Bleu.

Le saviez-vous ?

Hervé Carrasco : « Dans animateur, il y a anima (âme). Le rôle d’un animateur de radio est d’accompagner le quotidien des auditeurs, si possible avec le sourire » nous dit-il.

EtoileCasting : Quels sont les qualités nécessaires pour être animateur radio ?

HC : « Les 2 éléments indispensables à avoir pour exercer le métier d’animateur radio sont d’une part une voix qui passe bien à la radio, et d’autre part le sens du contact.  La tchatche, la répartie, la personnalité et la culture générale (même si de plus en plus de radios formatent leurs animateurs), sont les éléments de différenciation qu’on trouvera chez les meilleurs animateurs. L’aisance de l’animateur cache cependant une grande préparation et une maîtrise confirmée de la prise de parole.
Vous l’aurez compris, sans travail, dans ce métier non plus on ne peut pas évoluer !! »

EC : Quelle formation dois-je faire ?

HC : « Il existe des écoles d’animateurs (par exemple le studio école de France), mais les animateurs de la génération de Nikos, Cauet ou d’autres animateurs, ont tout appris sur le tas à l’époque des « radios libres » au milieu des années 80.

N’hésitez pas à demander directement à des directeurs de programmes ou directeurs d’antenne pour avoir des conseils, l’idéal étant de cumuler des expériences dans le cadre de stages dans différents types de radios (radios associatives, webradios..).

>>> N’hésitez pas non plus à postuler aux castings d’animateurs bénévoles que les gens font souvent l’erreur d’éviter, mais qui peuvent être une aide précieuse pour commencer.

Il existe aussi des formations un peu plus précises comme l’IUP Métiers de l’image et du son et le DUT Services et Réseaux de Communication qui permettent d’approcher le métier d’animateur radio. »

EC : Quelles sont les conditions de travail d’un animateur radio ?

HC : Les conditions de travail ne sont pas spécialement pénibles dans la mesure où l’on fait ce métier par passion.

Les conseils d’Hervé Carrasco, animateur à France Bleu Hérault :

« Si on sent, au plus profond de soi que l’on est fait pour ça alors il faut foncer (comme dans tous les métiers…) On ne fait pas de la radio pour soi, on doit donc avant tout faire plaisir aux auditeurs. Il ne faut pas oublier que grâce à la radio, on entre chez les gens, dans leur cuisine, leur salon, leur salle de bain… On fait réellement partie de leur famille, de leur vie… c’est en tout cas ce que me disent bien souvent mes auditeurs… »

>>> Devenir comédien voix-off / Doubleur de voix
>>> Devenir présentateur et/ou chroniqueur TV

Kim EtoileCasting

Interview d’Emma Philippe auteure de Devenir Mannequin

Emma PhilippeEmma Philippe est une mannequin reconnue. Elle est actuellement représentée par l’agence Premium Models (anciennement FORD Models Europe) et a travaillé durant sa carrière pour de grandes marques. Elle nous présente son livre « devenir mannequin ».

Emma a eu la chance de commencer sa carrière de mannequin à l’âge de 15 ans grâce à un concours qu’elle a remporté. A 34 ans, elle continue de travailler mais souhaite à présent coacher de nouveaux mannequins et faire profiter ces jeunes mannequins en herbe des conseils qu’elle aurait rêvé avoir étant plus jeune. Elle a donc décidé d’écrire un livre, Devenir Mannequin, afin de répondre à toutes les questions qu’une jeune fille peut se poser lorsqu’elle débute. « Je me parle à moi quand j’avais 15 ans » nous dit-elle.

Pour elle il n’y a pas de secret, la priorité est d’avoir une agence pour toucher les meilleurs contrats : La qualité des castings dépend de l’expérience et de l’image de l’agence.
De plus, toutes les « jolies filles peuvent travailler en tant que mannequins ». Pour les filles qui n’ont pas la taille requise pour défiler mais qui ont un très joli visage, Emma Philippe recommande le monde des cosmétiques. Elle évoque aussi le mannequinat détail qui fonctionne d’après elle très bien.

Enfin, Emma insiste particulièrement sur la valeur du travail qui pour elle est la clé de tout. « Des belles filles il y en a beaucoup. Celles qu’on voit le plus sont celles qui ont réussi à se débrouiller dans le milieu. Il faut s’intéresser au milieu [et travailler pour] avoir son propre univers » « La chance est une chose, le travail en est une autre ».

Une belle histoire qui devrait être profitable à tous nos mannequins en herbe EtoileCasting !
Découvrez dès à présent la vidéo :


Interview Emma Philippe pour EtoileCasting par EtoileCastingWM

>>> Les conseils de Sébastien Vienne pour devenir mannequin
>>> Calculer mes mensurations

>>> Découvrez le blog d’Emma Philippe

>>> Devenir Mannequin aux éditions Kero

[INTERVIEW] Pierre-Yves Duchesne : directeur et fondateur de l’AICOM

Pierre-Yves Duchesne - Directeur de l'AICOM

Pierre-Yves Duchesne – Directeur de l’AICOM

Pierre-Yves Duchesne est le directeur et le fondateur de l’AICOM (académie internationale de comédie musicale) qui a vue le jour en 2004 au centre de danse du marais. Elle est le fruit de 25 ans de carrière sur les scènes du monde entier, de rencontres toujours plus riches et d’un travail acharné. La devise de Pierre-Yves Duchesne : « Chant, danse , théâtre : trois techniques fondamentales pour n’en former qu’une : la comédie musicale. » Focus sur un projet de grande ampleur.

>> Découvrez le site de l’AICOM.

EtoileCasting : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Pierre-Yves Duchesne : Je suis le directeur et fondateur de l’AICOM depuis plus de 10 ans. J’ai une formation de chanteur, d’acteur, de danseur. Je suis un artiste pluriformé, j’ai fais beaucoup d’opéras, d’opérette et de comédies musicales. A un moment donné, en pleine carrière, je me suis demandé pourquoi autant de gens étaient polyformés autour de moi. J’ai réalisé que c’était parce que ces personnes avaient été formées dans des pays anglo-saxons, bien plus ouvert que la France sur les formations multiples. Je parle ici du mélange de la danse, du chant, du théâtre, et ce dès leur plus jeune âge ! En France, ces disciplines étaient malheureusement trop cloisonnées par manque de formations adaptées. C’est donc ce que j’ai cherché à changer en ouvrant la première école de comédie musicale en France.

>> N’hésitez pas à consulter nos castings dans le domaine de la musique !

 

EtoileCasting : D’où vous est venue cette passion pour la comédie musicale ?

Pierre-Yves Duchesne : A mes débuts, j’ai voulu être acteur. J’ai donc fait plein de choses en Belgique, mon pays d’origine lorsque j’étais très jeune, que ce soit à la télévision, au cinéma, ou au théâtre. A mes 20 ans j’ai présenté le conservatoire national supérieur de chant de Paris. Contre toute attente, j’ai été reçu  ! Le milieu lyrique m’a alors happé. Je suis devenu soliste d’opéra et d’opérette en sortant du conservatoire. Mais très vite, j’ai eu envie de mes diversifier et de diversifier mes expériences à l’étranger. Ma carrière m’a donc menée à Hambourg, Bonn, Paris, Avignon et Lièges avec des spectacles comme Les Misérables, Le Fantôme de l’Opéra, Jeckyl and Hyde, Chicago, Merlin, Aladin et La Petite Sirène.

>> Si vous aussi vous souhaitez devenir comédien(ne), n’hésitez pas à consulter nos castings dans le domaine du théâtre !

La comédie musicale ne m’est donc pas apparue comme une évidence au début, elle s’est imposée à moi petit à petit grâce à mes diverses expériences et à mon travail. La comédie musicale a répondu pour moi à un besoin de diversification artistique. Elle a en effet l’avantage de combiner la danse, le chant et le théâtre pour un rendu spectaculaire.

EtoileCasting : Qu’avez-vous tiré de ces expériences au niveau artistique ?

Pierre-Yves Duchesne : Chaque expérience, qu’elle soit théâtrale, musicale, ou dansée, m’a apporté énormément et m’a permis de grandir et d’évoluer. J’ai toujours beaucoup travaillé pour obtenir mes contrats et me faire repérer. J’étais toujours dans l’exploration de nouvelles choses. Une fois que j’ai eu le sentiment d’avoir acquis suffisamment d’expérience, au bout de 15 ans de carrière, j’ai eu envie de transmettre mon savoir. D’où ma volonté d’ouvrir l’AICOM et de transmettre de que j’ai appris.

>> EtoileCasting vous propose de bénéficier d’un coaching vocal personnalisé avec Pierre-Yves Duchesne

EtoileCasting : Quels conseils pouvez-vous donner ?

Pierre-Yves Duchesne : Je pense qu’il faut travailler sans relâche pour faire ce métier, et il n’y a que ça qui fera la différence. Votre professionnalisme vous distinguera. Il est aussi essentiel de bien se faire voir pour que l’on parle de vous positivement et que l’on vous recommande. Il faut donc savoir être avenant et à l’écoute.

Si la comédie musicale est votre rêve : Foncez ! Ne réfléchissez pas trop car la vie est trop courte. Les jeunes qui veulent se lancer on d’ailleurs la chance d’arriver au bon moment. De nombreuses portes sont ouvertes et il y a assurément de l’emploi pour qui s’en donne les moyens. Les compétence principales qu’ il faut avoir pour se lancer sont l’obstination ainsi que la faculté de travail et d’adaptation.

EtoileCasting : Pensez-vous que la comédie musicale est plus ancrée en France qu’il y a quelques années ?

Pierre-Yves Duchesne : Assurément. Même si la comédie musicale a encore beaucoup de chemin à faire, elle a considérablement évoluée et rassemble un public de plus en plus nombreux et friand de ce genre de spectacle. La preuve : les salles ne désemplissent pas ! L’AICOM a ouvert la voie à une très belle histoire, et nous sommes heureux de constater chaque jour les fruits de ce travail. Les plus belles années de la comédie musicale arrivent en France. On se dirige aussi vers plus de théâtralisation du genre, avec l’exploitation plus poussée du dramatique.

Vous aussi vous souhaitez devenir évoluer dans le domaine de la comédie musicale ? Retrouvez tous nos conseils/articles sur le théâtre, la danse, et le chant ainsi que de nombreux castings !

>> Bon plan : EtoileCasting offre à ses membres un tarifs préférentiel pour l’inscription à l’AICOM.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager 🙂

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter pour suivre nos actu’, bons plans, castings et événements en temps réel !

Caroline Stalder pour EtoileCasting

Les conseils de Sébastien Vienne pour devenir mannequin

Sébastien Vienne, directeur artistique et la chanteuse Shy'm

Sébastien Vienne, directeur artistique et la chanteuse Shy’m

EtoileCasting a rencontré pour vous Sébastien Vienne, directeur artistique dans la mode et collaborateur de Greg Alexander, photographe de mode en France et aux Etats-Unis. Que vous souhaitiez vous lancer dans le mannequinat ou que vous aimiez simplement la mode, Sébastien Vienne vous fait part de son expérience et de ses conseils avisés. Les agences, les castings, ou encore les shooting photos n’auront plus de secret pour vous !

Le parcours de Sébastien Vienne, directeur artistique à l’international

Le parcours de Sébastien Vienne est atypique. Il commence sa carrière aux Etats-Unis en tant que chargé de publicité, poste qu’il occupe pendant une dizaine d’années. Lors de sa rencontre avec Greg Alexander, il décide de le suivre dans le domaine de la photographie de mode.C’est alors un talentueux duo qui prend forme. Difficile de faire aussi opposés que ces hommes-là, pourtant leurs créations sont à couper le souffle.  En 2010, la maison de disque de la chanteuse Shy’m fait appel à Greg Alexander et Sebastien Vienne pour un relooking complet. Elle sera notamment habillée par les créateurs qui travaillent pour Jennyfer Lopez ou encore Lady Gaga ! Actuellement, Sebastien Vienne et Greg Alexander nous en mettent plein les yeux, avec la sortie de leur tout nouveau magazine intitulé « FSHN ».

Magazine FSHN

Magazine FSHN de Sébastien Vienne et Greg Alexander

EtoileCasting : Qu’est ce qu’on bon mannequin de mode pour vous ?

Sébastien Vienne : Je pense qu’un bon mannequin, que ce soit un homme ou une femme, se définit par ce qu’il ou elle a dans la tête (outre son physique, bien évidemment). En fait, si vous souhaitez devenir mannequin, vous devez avoir au préalable une connaissance du milieu, c’est normal,  c’est une question de culture. Je suis toujours sidéré par ces jeunes qui veulent devenir mannequin pour des défilés mais ne connaissent en réalité rien à la mode ! La moindre des choses, c’est de se renseigner sur le monde dans lequel on veut évoluer. Il est donc important de lire sur le sujet et de pouvoir s’ouvrir sur la question : lisez des magazines de mode, sachez quels sont les grands et moins grands créateurs, regardez Fashion TV…

EtoileCasting : Quelles sont les capacités physiques nécessaires pour se lancer ?

Sébastien Vienne : Il est ici important de faire la distinction entre mannequin haute couture et mannequin pour la publicité par exemple (en réalité appelés comédiens).

La haute couture répond à des mensurations physiques très strictes. Les filles doivent faire 1,75 m minimum avec une taille 34, et les garçons 1,85 m avec une taille 38. Des traits fins et réguliers sont également attendus, et la musculature doit être dessinée pour les hommes. Démarrer jeune est un sérieux atout, sachant que l’âge minimum pour défiler est en général de 16 ans.

Pour la publicité, les règles sont plus souples. On ne parle alors plus de mannequins mais de COMÉDIENS. Les mannequins ne portent cette dénomination que pour les défilés. Les comédiennes, qui peuvent par exemple prétendre à poser pour des publicités peuvent être moins grandes : environ 1.70 m et 1.80 m pour les comédiens. Au niveau de l’âge, c’est aussi plus flexible : vous pouvez prétendre à faire de la publicité à 24 ans, mais pour du mannequinat, ce sera trop tard !

Il faut bien comprendre qu’il existe des agences spécialisées dans la mode, d’autres dans la comédie, et d’autres enfin qui proposent les deux types de prestations.

EtoileCasting : Quels sont les étapes à suivre pour un mannequin (de haute couture) débutant(e) selon vous ?

Sébastien Vienne : Je dirais qu’il y a trois étapes nécessaires :

1) Passé le stade des critères, la première chose est d’avoir un book photo.

L’importance de l’image est primordiale, et il faut savoir se démarquer. Vous devez donc choisir les bonnes personnes pour faire votre book, j’entends par là un bon photographe. Je tiens par ailleurs à préciser qu’Instagram n’est ni une agence de mannequins, ni un book et encore moins synonyme de photos de qualités ! Il faut bien que vous compreniez que le fait d’arriver sans photos professionnelles est une des raisons les plus courante de refus, car les agences sont actuellement submergées de candidatures. Elles élimineront donc systématiquement les personnes qui ne disposent pas de photos, ou qui ont des photos personnelles, ou de mauvaise qualité. Les photos professionnelles sont l’équivalent de votre CV dans ce milieu. Qui vous donnerait du travail si vous arrivez sans CV ?!

2) La seconde étape pour devenir mannequin de mode, c’est de se trouver une agence !

Vos photos sous le bras, vous voilà prêt à démarcher les agences. Pour postuler, il faut se déplacer physiquement dans l’agence, sans prendre de rendez-vous préalable. Assurez-vous d’abord que vous correspondez au profil, puis faites plusieurs, voire toutes les agences parisiennes. Habituez-vous aux refus, car cela fait partie du métier. Ce refus, d’ailleurs, n’est pas motivé que par votre profil ! Bien souvent, ne pas habiter à Paris peut par exemple poser problème à votre entrée en agence et conduire à un refus de la part des agences parisiennes… Attention cependant avec le porte à porte : il faut le faire à la seule condition d’être crédible. Pour savoir si vous l’êtes, comparez vos photos à celles des magazines de mode. Est-ce qu’elles se ressemblent ? Est-ce que je peux prétendre à cela ? Si ce n’est pas le cas, c’est que vous n’êtes pas prêt. Bien sur, vous n’avez pas l’expérience de ces grands mannequins, mais personne de vous prendra au sérieux avec un book banal voire trop amateur ! En revanche, si vos photos ressemblent à celles des grands magazines de mode, vous avez de fortes chances d’être dans la bonne direction. D’autre part, lorsque je parle d’investissement, je parle aussi de la nécessité d’avoir une équipe derrière vous pour réaliser votre maquillage, vos coiffures et réaliser le choix de vos tenues. Sachez que ces services sont compris dans le prix du book photo que les photographes de mode proposent.

Bons plans book photos EtoileCasting

Bons plans book photos EtoileCasting

=> Retrouvez tous nos bons plans book photo !

3) La troisième étape pour devenir mannequin repose entièrement sur vous. Il s’agit de votre sérieux et de votre professionnalisme.

Une fois recruté par une ou plusieurs agence, il est essentiel d’être toujours ponctuel, d’aller à tous castings, de vous montrer à l’agence et voir s’il y a du travail. Cela permettra de bâtir petit à petit votre réputation qui se fera sur les retours des clients et vos bonnes relations avec l’agence. Au début, vous devrez acceptez de travailler dur sans pour autant gagner très bien votre vie. Mais si vous êtes talentueux et professionnel, vous finirez par faire la couverture des magazines de mode, et là, toutes les portes s’ouvriront devant vous … Tout est finalement une histoires de bons choix à faire. Votre attitude est capitale dans votre réussite : courir les castings, être à l’heure, ne pas prendre la grosse tête, comprendre ce qu’on attend de vous, comprendre comment fonctionne ce métier : il y a de la place pour tout le monde, votre problème, c’est de savoir quelle est la vôtre… c’est le métier qui vous choisit, pas le contraire.

EtoileCasting : Merci pour ces précieux conseils. Auriez-vous des mises en garde spécifiques à adresser aux mannequins débutants ?

Sébastien Vienne : Faîtes attention aux arnaques. On reconnaît une vraie agence de mannequins ou de comédiens au fait qu’elle ne doit faire payer aucun droits d’entrée !

Le second conseil que je pourrais donner serait celui-ci : faites attention à vos relations. Il faut bien choisir avec quel photographe vous allez travailler. Pour moi, la première chose, c’est de voir ce que fait la personne qui me contacte. Si cette personne n’a pas de site, ce n’est pas possible. Préférez aussi la qualité à la quantité. Il faut mieux n’avoir que 3 photos mais superbes, que 10 mais ratées ! Je pense que 90% d’une réussite est basée sur le choix de ses relations. Les 10 % restant tiennent à la chance, le talent, et bien sur au physique. Enfin, attention à la nudité, elle ne fait pas bon ménage avec la haute couture … ! Il s’agit d’une porte qu’il faut éviter d’ouvrir.

=> N’hésitez pas à consulter nos bons plans book photos sur EtoileCasting

Vous avez aimé cet article ? Faîtes le nous savoir et dîtes nous ce que vous en pensez ! N’hésitez pas à le partager sur Facebook et sur Twitter !

Caroline Stalder pour EtoileCasting

Un bon mannequin de mode selon Greg Alexander

Greg Alexander, photographe de mode

Greg Alexander, photographe de mode

EtoileCasting a rencontré pour vous Greg Alexander, photographe de mode en France et aux Etats-Unis. Il vous donne ses conseils avisés pour vous faire une place dans ce monde. C’est ici le point de vue d’un professionnel du mannequinat qui vous est exposé. On vous laisse découvrir :

Le parcours de Greg Alexander, photographe de mode

Le parcours de Greg Alexander est atypique et autodidacte. Il n’a en effet jamais fait d’école de Photo. Il a d’abord suivi des études de droit, puis un beau matin, après avoir passé sa thèse et son barreau, il décide de se lancer dans la photographie de mode, ne pouvant plus résister à l’appel de sa passion. Originaire de Lausanne et ayant grandi en Suisse, il y démarre sa carrière. Puis, il rencontre Sébastien Vienne, qui devient son directeur artistique. C’est alors un duo très talentueux qui démarre. Difficile de faire aussi opposés que ces hommes-là, c’est pourtant de cette différence que ressort tout le génie de leur travail. Ils ne cessent pas de nous surprendre, avec notamment la sortie de leur tout nouveau magazine intitulé « FSHN ».

Magazine FSHN de Sébastien Vienne et Greg Alexander

Magazine FSHN de Sébastien Vienne et Greg Alexander

EtoileCasting : Qu’est ce qu’on bon mannequin de mode pour vous ?

Greg Alexander : « Je ne parlerai ici que des mannequins de mode, donc de haute couture, car c’est mon domaine. Je pense donc qu’un bon mannequin, c’est un mental et un physique. J’entends par mental, une forme d’intelligence nécessaire à ce métier. Par exemple, il est impératif d’avoir déjà au préalable une connaissance du milieu dans lequel on se dirige. Il faut donc avoir une certaine maturité qui vous permettra d’éviter de faire les mauvais choix, et d’ouvrir les mauvaises portes, car votre réputation se basera là-dessus. Un autre point essentiel est la question de la culture. La mode est un sujet pointu, et fascinant. Plus qu’un sujet, c’est un monde dont l’entrée nécessite une « clef de connaissance ». Lisez donc des magazines de mode, sachez quels sont les grands et les moins grands créateurs, regardez Fashion TV… »

EtoileCasting : Quels sont les critères physiques pour se lancer dans le mannequinat haute couture?

Greg Alexander : « Un mannequin répond à des mensurations physiques très strictes, surtout concernant la haute couture. Les filles font 1,75 m minimum, et les garçons 1,85 m. Une taille 36 voire 34 pour les filles, une taille 40 voire 38 pour les garçons est demandée. Des traits fins et réguliers sont également attendus, et la musculature doit être dessinée pour les garçons. D’autre part, démarrer jeune est un sérieux atout. L’âge minimum pour défiler est en général 16 ans.

En revanche, pour la publicité, les règles sont plus souples. On ne parle alors plus de MANNEQUINS mais de COMÉDIENS. Là, les femmes peuvent être moins grandes : environ 1.70 m et les hommes 1.80. Au niveau de l’âge, c’est aussi plus flexible : vous pouvez prétendre à faire de la publicité à 24 ans, mais pour du mannequinat, ce sera trop tard ! »

EtoileCasting : Ces règles sont-elles les mêmes pour les mannequins grande taille ?

Greg Alexander : « Pas vraiment. A la différence du mannequinat classique, le mannequinat grande taille ne s’adresse qu’aux femmes. Ces femmes doivent avoir un corps harmonieux, c’est essentiel, il faut une sorte d’équilibre. Mais elles doivent aussi avoir une peau parfaite ! Concernant la taille pour le mannequinat grande taille, la moyenne est le 42 en France. »

=> Retrouvez notre article sur le mannequinat grande taille, avec les conseils de Clélia Menant.

EtoileCasting : Quels conseils ou mises en garde pourriez-vous donner aux mannequins ?

Greg Alexander : « Le book photo ! Il faut bien comprendre que cette démarche nécessite un investissement. Mais c’est de celui-ci que découlera votre réussite professionnelle dans le milieu. Je tiens par ailleurs à préciser qu’Instagram n’est ni une agence de mannequin, ni un book et que ce n’est pas avec ça que vous aurez des photo de qualités… Arriver sans photos professionnelles est une des raisons les plus courantes de refus. Il faut bien savoir que les agences sont actuellement submergées de candidatures. Un des moyens les plus aisés pour elles de trier les candidats, c’est de systématiquement éliminer les personnes qui ne disposent pas de photos ou qui ont des photos personnelles ou de mauvaise qualité. Sans photos professionnelles, un mannequin n’a pas de « CV » (voir notre article « Qu’est ce qu’un bon CV artistique? »), et ne travaillera tout simplement pas. Il faut bien que vous compreniez que le mannequinat est un métier à long terme qui nécessite une grande persévérance et beaucoup de travail. Un mannequin peut mettre quelques années avant de percer, mais lorsqu’il/elle y arrive, ce sont les portes d’un monde merveilleux qui s’ouvrent à lui/elle.

Cependant, faîtes attention à vos relations, et aux choix que vous faites. Et ne posez pas nu, cela ne sied pas vraiment à la haute couture… Que ce soit professionnellement ou dans l’image que vous reflétez en général, restez classe et ne cédez pas aux sirènes de la facilité ! »

EtoileCasting : Merci pour ces précieux conseils. Vous étiez à la Fashion Week qui se déroulait du 24 septembre au 2 octobre 2013, quelles sont selon vous les nouvelles tendances ?

Natalia Vodianova

Natalia Vodianova dans
« La légende de Shalimar »

Greg Alexander : « Je dirais que la tendance est à un véritable retour des couleurs, des mélanges de matières, et un retour très net de la dentelle. J’ai beaucoup aimé cette richesse. Si je devais choisir une égérie pour cette année, je crois que ce serait Natalia Vadianova. Elle est tout simplement sublime et j’ai vraiment apprécié ce retour au vrai spectacle avec Guerlain. Pour moi, la mode c’est le rêve, c’est comme le cinéma des années 50. La mode c’est surréaliste, c’est le domaine du parfait, du sublime, et du fantasme … »

=> N’hésitez pas à consulter le bon-plan book photos de Greg Alexander sur EtoileCasting

Vous avez aimé cet article ? Faîtes le savoir et dîtes nous ce que vous en pensez ! N’hésitez pas à le partager sur Facebook et sur Twitter.

Caroline Stalder

Les conseils de Clélia Menant pour devenir mannequin grande taille

clelia_menant

Clélia Menant
Présidente du Comité Miss Ronde Lorraine

EtoileCasting a eu la chance de pouvoir interviewer Clélia Menant, présidente du Comité Miss Ronde Lorraine. Découvrez son parcours et ses conseils qui vous permettront de devenir mannequin grande taille.

Le parcours de Clélia Menant, présidente du comité Miss Ronde Lorraine

Le parcours de Clélia Menant est atypique. Elle débute d’abord par des concours de beauté, milieu qu’elle côtoie depuis maintenant une dizaine d’année. Déjà forte d’une expérience de cinq ans auprès du comité Mister France, Clélia continue de se faire sa place dans le milieu. En 2010, elle devient directrice du Comité Miss Ronde Lorraine. Elle est désormais également découvreuse de nouveaux talents. Voici ses conseils :

EtoileCasting : Clélia, selon vous, quels sont les critères d’un mannequin grande taille ?

Clélia Menant : Ce sont les mêmes que pour un mannequin classique. Il faut faire minimum 1m73, être photogénique et savoir marcher à la perfection avec des talons. Mais un mannequin grande taille doit être encore plus exigeant. La femme doit avoir des courbes harmonieuses et un grain de peau parfait. Pour cela, il est impératif d’avoir une bonne hygiène de vie, et de faire du sport !

EtoileCasting : Plus généralement, quelles doivent être les qualités d’un bon mannequin?

Clélia Menant : Une femme qui désire devenir mannequin grande taille doit être très forte d’esprit. Il ne faut pas avoir peur de l’échec. Ce ne sera peut-être qu’au bout de plusieurs insuccès que vous correspondrez aux attentes d’un professionnel. Il est donc essentiel d’être persévérante, de savoir se remettre en question, mais aussi d’avoir un bon book. Je me rends très souvent compte que des personnes avec un vrai potentiel ne savent malheureusement pas comment procéder. Il est donc très important de se renseigner. A ce titre, il vaut toujours mieux avoir peu de photos mais de qualité, plutôt que beaucoup de qualité médiocre. Privilégiez les photos de bon goût et prises par un professionnel. Enfin il ne faut pas hésiter à s’exporter à l’étranger car il y a aussi des besoins à l’international.

EtoileCasting : Quelles sont les raisons qui vous ont amené à diriger le comité Miss Ronde Lorraine ? En quoi consiste votre métier ?

Clélia Menant : Je pense que cette aventure m’a véritablement permis de me réaliser en tant que personne. J’ai pu créer un événement unique au sein de ma région, un événement qui me ressemble, et une modernité certaine. Participer en un sens à l’évolution de l’image de la femme, est quelque chose de merveilleux. A côté de ça, mon métier consiste véritablement à repérer les Miss Rondes Lorraine de demain. Julia Castelli, que je suis et soutiens depuis ses débuts, est même arrivée au rang de Miss Ronde France en 2013 !

EtoileCasting : Nous savons que la France est en retard par rapport aux Etats-Unis, notamment sur le mannequinat grande taille. Pensez-vous que les concours comme Miss Ronde peuvent faire changer les mentalités françaises ? 

julia castelli

Julia Castelli et Aurélie Oltra par Greg Alexander

Clélia Menant : Ces concours ont soulevé une vraie interrogation et ce sont démarqués par leur caractère inédit en France. Mais ils ont aussi suscité beaucoup de critiques. Malheureusement, de mauvaises langues ont par exemple pu dire que nous encouragions l’obésité à travers ces concours, alors que je me bats simplement pour l’acception de la beauté des femmes plus rondes, qui sortent de l’image imposée par les magazines et la publicité de la société occidentale actuelle. Je pense qu’il faut juste habituer la société à voir et accepter les femmes rondes plus souvent. J’ai justement organisé avec le photographe de mode Greg Alexander un défilé qui réunissait des mannequins du 36 au 46 ! C’était formidable d’avoir un panel comme celui-ci, et je trouvais l’idée intéressante dans sa démarche.

EtoileCasting : Merci pour ces précieux conseils. Pour finir, auriez-vous des mises en garde à adresser aux jeunes femmes qui veulent se lancer dans le métier ?

Clélia Menant : Oui, il faut faire attention à ne pas tout accepter d’un professionnel. D’autant plus pour les mannequins grande taille, car les rondeurs des femmes sont souvent associées à l’univers érotique. Je pense notamment aux mannequins de lingerie féminine, à qui l’ont propose encore trop souvent des contrats douteux, ou un éventail de lingerie très vulgaire. On peut tout à fait être ronde et très élégante, chic ou encore raffinée !

Si vous souhaitez participer au prochain concours Miss Ronde France, n’hésitez pas à poser votre candidature.

Découvrez le shooting photo de Greg Alexander avec Julia Castelli

Découvrez aussi tous nos bons plans pour réaliser votre Book photo de qualité !

Caroline Stalder pour EtoileCasting.

Conseils humoriste : les conseils de Louis-José Houde

Conseils humoriste - Louis-José Houde

Louis-José Houde – Humoriste québécois

Conseils humoriste : encore peu connu en France, Louis-José Houde est pourtant une star de l’humour au Québec. Venu faire découvrir son spectacle au public français, l’humoriste vous donne des conseils pour réussir une carrière d’humoriste.

Conseils humoriste : ses conseils pour réussir une carrière d’humoriste

Après avoir été diplômé par L’Ecole nationale de l’humour à Montréal, Louis-José Houde démarre une carrière d’humoriste qui séduit sans plus tarder un grand nombre de personnes au Québec. C’est donc pour cela que le jeune homme tente de faire carrière en France et se produit au  Grand Point Virgule où il nous dévoile sa vision de la vie parisienne.

Mais pour conquérir un très large public, Louis-José Houde travaille dur. En effet, l’humoriste « s’impose deux à trois heures de travail par jour ». Pour l’artiste, il est préférable de couper toutes distractions telles que le téléphone, l’ordinateur… « Il faut jouer le plus souvent possible tout en préservant son temps », c’est sur ces belles paroles que Louis-José Houde confie que tous les artistes en devenir devraient répéter les sketchs et leurs gestes jusqu’à la perfection. D’après le jeune homme le principal pour atteindre ses objectifs est de répéter, travailler, jouer, s’entrainer. Bref, « se créer un cocon de création ».

Découvrez l’interview de Louis-José Houde pour EtoileCasting

Retrouvez l’univers de Louis-José Houde

Interview Valéry Zeitoun, directeur du label AZ (Vidéo)


Interview de Valery Zeitoun du Label AZ par EtoileCastingWM

Valéry ZeitounL’interview de Valéry Zeitoun

A l’occasion du Casting « Je veux signer chez AZ » Saison 2, le directeur du label AZ chez Universal Music France nous explique pourquoi avoir réalisé un tel casting via le réseau social Facebook.

Valéry Zeitoun vous donne ensuite des conseils utiles pour les castings et adresse un petit mot aux membres d’EtoileCasting !

Valéry Zeitoun

Valéry Zeitoun est un producteur français qui s’est fait connaître du grand public en participant à la deuxième saison de l’émission Popstars, diffusée en 2002 sur M6. De 2002 à 2011, il dirige le label AZ, filiale du groupe Universal, qui assure la distribution française d’artistes internationaux comme Amy Winehouse, James Morrison, Florence and the Machine, et signe des artistes français tels Chimène Badi et Grand Corps Malade. En 2010, il lance l’opération « Je veux signer chez AZ », premier casting musical organisé sur le réseau social Facebook, qui rencontre un beau succès.

Interview Isabelle Aboulker, juré du concours CICM (Vidéo)


Interview d’Isabelle Aboulker par EtoileCastingWM

Isabelle-AboulkerIsabelle Aboulker, professeur de musique, a composé presque exclusivement pour la voix et le théâtre musical : mélodies, choeurs, opéras de chambre, opéras pour enfants ou encore des comédies musicales.

Interview Isabelle Aboulker

Elle nous parle ici de son parcours et de ses projets. C’est avec un immense bonheur qu’elle sera présente parmi le jury du CICM (concours international de comédie musicale) le 28 février 2011, à l’Hôtel de Sers !

Merci à Isabelle Aboulker !

Isabelle Aboulker

Conjointement au développement de sa carrière de compositeur, distinguée par un prix de l’Académie des Beaux-Arts en 1999 et le Prix Musique de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques en 2000, Isabelle Aboulker a publié plusieurs ouvrages pédagogiques destinés aux chanteurs durant la période où elle a assumé, de 1983 à 2003, la charge de professeur de formation musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Interview Nicolas Laugero-Lassere, directeur de l’espace Pierre Cardin (Vidéo)


Interview de nicolas laugero lasserre par EtoileCastingWM

Nicolas Laugero-LassereL’interview de Nicolas Laugero-Lassere

Nicolas Laugero-Lassere, directeur de l’espace Pierre Cardin, nous présente l’espace et nous raconte son parcours.

Il nous livre également ses nombreux conseils pour réussir.

Nous retrouverons Nicolas Laugero-Lassere, lors de la finale du CICM (concours international de comédie musicale) parmi les membres du jury le 28 février prochain !

Nicolas Laugero-Lassere, le touche-à-tout

Né le 8 mai 1975, Nicolas Laugero Lasserre commence le théâtre dès son enfance. Originaire du sud de la France (Antibes et Marseille), il monte à Paris en 1996 et poursuit sa formation de comédien au cours Florent. Il intègre l’Espace Pierre Cardin en 1997, dont Pierre Cardin lui  confiera la direction en 2006.

Il est aussi président fondateur d’Artistik Rezo, média culturel sur Internet. La création du Club Artistik Rezo en 2009 constitue une suite logique dans le développement du média afin d’offrir aux membres les plus fidèles des sorties et des événements exclusifs qui leur permettront d’être au cœur de la scène culturelle et de créer un réseau avec les autres membres.

En tant que collectionneur d’art contemporain, il s’intéresse aussi à la découverte de jeunes talents qu’il présente lors de son expositions. « Première collection » en 2008, « Jeune collection II » en 2009, à la galerie Couteron.