Rencontre avec le jeune chanteur et acteur Nemo Schiffman

visuel-nemo-willEtoileCasting revient sur sa rencontre avec le jeune chanteur et acteur Nemo Schiffman. Un profil qui saura guider plus d’un jeune qui souhaite se lancer dans une carrière artistique. Nemo travaille actuellement sur la sortie de son premier album prévue pour 2017 et sort tout juste du tournage de l’adaptation de La Promesse de l’Aube avec Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney ! Découvrez vite son parcours et ses conseils avisés !

EtoileCasting : Comment as-tu su que tu voulais devenir comédien et chanteur ?

Nemo Schiffman : J’ai toujours eu cette fantaisie étant enfant de vouloir jouer la comédie et interpréter des rôles, ce qui s’est renforcé quand j’ai pris des cours de théâtre vers 10 ans. Après du fait que mes parents soient dans le milieu, je suis allée très tôt au cinéma. Je me nourrissais de tous les films que je pouvais voir et ça me fascinait. Je pense que c’est ce mélange là, qui m’a donné envie de devenir comédien. Concernant la chanson, c’est vraiment innée. Je suis né et j’aimais chanter ! J’aime être comédien autant qu’être chanteur ! Tout comme j’aime autant écouter de la musique que d’aller voir un film. Il y a des différences et des similarités dans les deux métiers. Il s’agit de deux choses très importantes pour moi dans mon quotidien mais je n’ai pas de préférence.

EC : On t’a connu en tant que chanteur dans The Voice Kids, saison 1. Comment tu en es venu à faire l’émission ?

Nemo : Bruno Berberes, le directeur de casting m’a appelé pour me proposer de participer à la première version de The Voice Kids. J’ai très longtemps hésité parce que je ne voulais pas que les gens se souviennent de moi comme Nemo de The Voice Kids. Mes parents n’étaient pas du tout pour que je le fasse, mais j’ai décidé de le faire. Je ne l’ai pas pris comme une compétition mais plutôt une véritable expérience personnelle. Je n’y allais pas du tout pour gagner mais pour m’éclater. Garou m’a appris beaucoup de chose au niveau humain. Une heure avant la finale il est venu me voir pour me dire « Nemo j’espère que tu ne gagneras pas, ce n’est pas le moment. Tu as 14 ans et toute la vie devant toi. Concentre toi sur tes études ». Au fond de moi, je voulais être le finaliste de Garou mais je ne voulais pas gagner le concours et être en contrat avec Universal. J’ai vraiment eu le parcours que je voulais : arriver deuxième derrière Carla  !

EC : Pourquoi avoir attendu 2 ans après la fin de l’émission pour sortir ton album ?

Nemo : En sortant de The Voice Kids, c’est vrai que j’ai voulu me poser et continuer mes études. J’ai eu beaucoup de propositions de maisons de disque et de producteurs mais aucun projet ne me donnait vraiment envie de signer. Donc j’ai continué les études et j’ai tourné une série en parallèle. Pendant 2 ans j’ai mis en pause la musique professionnellement, mais j’ai toujours continué à prendre des cours de chant.

EC : Qu’est ce qui t’as convaincu par conséquent chez ton label, PLAY ON ? 

Nemo : Au cours de The Voice Kids j’ai interprété beaucoup de chansons anciennes ou de type comédie musicale. Su coup on m’a proposé uniquement des projets dans ce registre après l’émission, or mes goûts musicaux avaient évolué. Je n’écoutais plus trop de comédies musicales mais des chansons plus actuelles. Comme personne ne me proposait quelque chose qui me plaisait j’ai préféré attendre pour ne pas m’enfermer dans un registre. PLAY ON est le seul label qui a accepté de me suivre dans un registre plus pop et en anglais surtout. Ce qui me plait vraiment, donc j’ai tout de suite accepté ! Ce nouvel album est très pop avec des titres assez énergiques comme Will et I Don’t Mind, les deux premiers singles. Il y a également des chansons en piano-voix uniquement et au registre plus R&B.

EC : Tu es aujourd’hui en 1ere L, comment concilies-tu tes études avec ta carrière ?

Nemo : J’ai eu vraiment deux années très intenses entre ma nomination aux Césars et The Voice Kids, ce qui s’est ressenti dans mes études. Je pensais que tout était joué mais mes parents m’ont recadré. J’ai la chance d’avoir des parents artistes qui connaissent ce milieu très difficile et cruel donc j’ai vraiment été bien entouré. Actuellement, je suis en double cursus, j’ai cours uniquement le matin. Ce qui me permet de faire toutes mes activités professionnelles l’après-midi. Je ne pense pas que j’y serais arrivé sans cela, où alors j’aurais mis beaucoup plus de temps ! Là, je compte poursuivre jusqu’à mon BAC et pour la suite de mes études tout dépendra de ce qui se passe d’ici là. Le seul cursus qui m’intéresse actuellement est le Conservatoire de Paris en théâtre mais pour l’instant je me motive sur le BAC ! Mes parents ne me lâcheront pas tant que je n’aurais pas mon BAC de toute façon (rires) ! Il faut toujours avoir un plan B surtout dans ce milieu où tout va très vite.

EC : C’est dur de gérer la célébrité quand on est encore adolescent ?

Nemo : J’ai surtout ressenti la célébrité pendant The Voice Kids où du jour au lendemain tu deviens une star nationale, c’est très flippant. Les gens te reconnaissent dans la rue ou te cours après. Ça s’est calmé deux ans après heureusement. C’était bizarre même si ça reste plus drôle que inquiétant mais j’ai toujours réussi à équilibrer entre le professionnel et les cours. Au collège on me pointait un peu du doigt, ce qui n’était pas très agréable. Mais aujourd’hui comme je suis dans un lycée avec que des artistes ou sportifs, je ne sens plus tous les regards pointés sur moi.

EC : Si tu avais un conseil à donner à un jeune qui voudrait se lancer dans ce milieu…

Nemo : Il faut énormément travailler y compris pendant les périodes plus calmes. Je n’aurais pas pu arrêter de chanter et de prendre des cours pendant les deux années où je n’ai presque rien fait. Certaines personnes ont la reconnaissance de leur travail à 40 ans mais ils n’ont pas arrêté de travailler pendant tout ce temps. C’est le plus grand conseil que je puisse donner : Travailler et ne rien lâcher. C’est souvent ce que disent les coachs quand ils ne se retournent pas dans The Voice : « la vie ne s’arrête pas là » ! Si on a l’envie et qu’on bosse comme jamais, on peut arriver à ce qu’on espère. La réussite c’est beaucoup de travail et un peu de chance.

EC : Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

Nemo : D’avoir mon BAC, du succès et d’être heureux surtout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *