Pascal Légitimus répond aux questions d’EtoileCasting

pascal-legitumusVirtuose de l’humour, Pascal Légitimus revient avec un spectacle déjanté dans lequel il partage ses délires et son regard acéré sur notre société ! EtoileCasting a eu la chance de le rencontrer et partage avec vous les conseils avisés de notre grand comédien. Retrouvez-le dans Légitimus Incognitus au Grand Point Virgule jusqu’au 30 décembre 2016 ! 

EtoileCasting (EC) : Comment avez-vous su que vous vouliez devenir comédien ?

Pascal Legitimus : Je n’ai pas su car cela ne s’est pas passé comme ça. Je suis devenu acteur par obligation ! Quand j’étais gamin j’avais une maladie des os qui a fait que je n’ai pas vu mes parents entre 2 et 4 ans, ce qui a provoqué une véritable carence affective. Jusqu’à l’âge de 7-8 ans, j’étais très introvertie, limite autiste. Mon père me voyant timoré a eu l’intelligence de me faire passer un casting pour une comédie musicale pour enfants qui se jouait au théâtre de l’Athénée. Je me retrouve donc avec 6 autres enfants de toutes les nationalités et j’apprends à chanter et danser. Je me sentais bien sur scène donc j’ai continué ! Cela fait maintenant 47 ans que je joue.

EC : Vous êtes acteur depuis votre plus jeune âge. N’avez-vous jamais souhaité faire un autre métier ? 

Pascal Légitimus : Si je n’avais pas été comédien j’aurais peut-être été philosophe ou psychologue. Un métier qui est dans la réflexion et qui en même temps aide les autres à aller mieux. C’est un peu ce que je fais sur scène, je transmets de bonnes ondes au public pour qu’il se sente bien.

EC : Vous avez fait du cinéma, de la télé, du théâtre mais vous avez également été metteur en scène et réalisateur. Est-ce qu’il y a un domaine qui vous attire le plus ? 

Pascal Légitimus : Non, je suis un créatif avant tout ! Après je choisis le meilleur moyen pour m’exprimer mais je préfère essentiellement jouer la comédie !

EC : Vous êtes actuellement à l’affiche de votre nouveau One Man Show, Légitimus Incognitus au Grand Point Virgule. Qu’est ce qu’on doit s’attendre à voir lors de ce spectacle ?

Pascal Légitimus : A rire ! C’est un spectacle qui me ressemble, qui donne mon point de vue sur les choses. Il y a beaucoup de personnages et un peu de stand-up car je suis obligé de présenter les thèmes qui vont suivre. L’originalité de ce spectacle c’est la manière dont j’aborde ces thèmes. Je parle de l’infidélité mais je l’évoque à travers deux spermatozoïdes, celui de l’amant et celui du légitime qui se bastonnent. Je dénonce le racisme via un bobo-bourgeois qui déteste les pigeons parce qu’ils se reproduisent, mangent notre pain et sont sales. J’évoque également les problèmes actuels qu’on subit avec la Syrie en imaginant un Club Med là-bas. Je parle un peu de la famille car je trouve qu’elle est disloquée et recomposée. Tout va très vite aujourd’hui, on prend et on jette aussitôt. Ce n’est pas un problème d’intelligence mais de degré de conscience d’où l’intérêt de tout ce qui est artistique : les tableaux, les bouquins, les films… sont faits pour éveiller les gens. Ce que je raconte sur scène sont des choses dures et graves mais à l’arrivée les gens rigolent. Je réfléchis sur l’actualité et je transmets tout cela à travers mes sketchs !

EC : En tant que comédien, comment faites-vous pour vous mettre dans la peau de vos personnages ?

Pascal Légitimus : C’est beaucoup de travail et d’entrainement. Ensuite j’ai une grande capacité à reproduire tout ce que je vois. Je suis un vrai caméléon ! Avec une intonation, un geste, une voix ou une attitude je suis quelqu’un d’autre. Le public a le talent qu’on veut bien lui donner, c’est-à-dire que si tu ne ressens rien, le public ne pourra rien ressentir non plus ! On peut tricher mais cela devient du théâtre de boulevard, très exagéré et presque clownesque. On n’y croit pas mais on rit quand même, néanmoins c’est beaucoup plus fort quand on y croit ! Quand j’ai joué dans Nuit D’Ivresse et que j’ai remplacé Francis Huster, j’étais tellement sincère sur scène qu’on est venu me dire qu’avec moi on comprenait mieux la pièce. Quand les gens ressentent des choses, c’est gagné !

EC : Quel conseil donneriez-vous à un jeune comédien qui veut se lancer ? 

Pascal Légitimus : Il faut jouer ! C’est en jouant qu’on devient forgeron, enfin vous m’avez compris (rires). Il n’y a qu’en jouant qu’on se rend compte de l’espace et de la gestuelle. Il faut également connaître tous les codes d’acteur et le vocabulaire technique : le pendrillon, la herse, côté cour, jardin etc. Etre capable de bien jouer soit tu imites soit tu retranscris mais tu dois absolument connaître les différents sentiments. Pour cela il faut s’analyser, analyser ce qu’il se passe et mémoriser énormément de sentiments. Le conseil majeur serait de dire que « ce n’est pas ce que tu dis qui est important mais ce que tu penses » ! Tu peux dire « je t’aime » à quelqu’un mais ne pas le penser, c’est ça qui est intéressant. Les spectateurs doivent comprendre ce que tu penses, sinon ils ne seront pas avec toi. Si on n’a pas vécu un sentiment on peut difficilement le retranscrire. Dans mon spectacle, je joue un homosexuel mais je ne sais pas ce que c’est que l’homosexualité moi. Par contre le sentiment d’aimer quelqu’un ça je connais, donc j’allie simplement une forme avec un fond. Etre comédien c’est du travail sur le long terme, tous les jours je retravaille mon spectacle, je change des trucs. J’ai encore trouvé deux vannes que je viens de rajouter !

EC : Quels sont vos projets du moment ? 

Pascal Légitimus : La stratégie actuelle est d’habituer les gens à me voir en solo. Ce qui est compliqué pour moi en ce moment c’est que je fais partie d’un groupe qui est très connu et aujourd’hui, même si je suis seul sur scène, les gens gardent cette image en tête. Tout ça pour dire que ce n’est pas un réflexe de venir voir mon spectacle. Rien n’est gagné d’avance, voilà pourquoi je joue toujours comme si j’étais débutant. Après Légitimus Incognitus, je pense que vous me verrez dans une pièce de théâtre. Je suis assez monotâche en général mais j’avou que j’écris également pas mal de choses à côté actuellement : une série, un long métrage… Je mets aussi en scène 4 One Man Show que j’accompagne. En résumé, je n’attends pas que le téléphone sonne, je me lance dans les projets qui me plaisent !

EC : Vous avez déjà une immense carrière derrière vous alors que peut-on vous souhaiter de plus ? 

Pascal Légitimus : Pourvu que ça dure !

Réservez vite vos places pour voir Pascal Légitimus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *